Pourquoi nous privilégions les logiciels avec style plutôt que le « branding »